AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amayelle [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amayelle

avatar

Féminin
|| Age : 24
|| Date d'inscription : 07/08/2011
|| Nombre de messages : 1
Localisation : Sur le dos de Kiba, dans les cieux.


Un peu plus ?
Coté Coeur <3:
Relations:
Camps: Neutre

MessageSujet: Amayelle [En cours]   Lun 5 Sep 2011 - 13:16



Modèle
De Présentation


La présentation est un passage important pour votre acceptations sur le forum. Pour être validé il vous faut remplir la fiche ci-dessous. Le nombre de lignes indiqué devra être respecté, et n'oubliez pas le code qui est à trouver dans le règlement Smile




Qui es-tu ?
Who is you ?



Poste Vacant [X] Inventé []

Ft. Nom de l'acteur ou de l'actrice : Megan Fox


    || Nom : /
    || Prénoms :Amayelle
    || Surnoms : A vos risques et périls !
    || Age :20
    || Rang :Dragonnière
    || Race :Humaine





Nos yeux
Sont le reflet de notre cœur.


|| Caractère :
Amayelle est une jeune femme à très fort caractère. Garçon manqué, elle préfère manier l’épée et se battre plutôt que de s’adonner à des activités féminines. Elle maîtrise parfaitement ce qu’on peut appeler le sport de combat. Courageuse, voir même téméraire, dès qu’une escarmouche éclate, elle s’y mêle avec plaisir. Très impulsive, elle répond à la moindre provocation lancée envers elle et son frère. Elle est très susceptible d’où son impulsivité et son manque de réflexion. En effet, réfléchir n’est pas son fort. Et puis de toute façon, à quoi est-ce que cela peut bien pouvoir servir lorsque l’on sait manier l’épée n’est-ce pas ? A ne pas tomber dans des pièges et bien d’autre choses encore me direz-vous. Mais les pièges, Amayelle ne connaît pas.
Lorsqu’elle a une idée derrière la tête, elle fait tout pour la mettre en œuvre. Lorsqu’elle entreprend quelque chose, elle va jusqu’au bout même si cela signifie tomber entre les mains de l’ennemis. Je vous préviens tout de suite. Elle n’a pas toujours raison, mais elle n’a jamais tort. En effet, elle déteste avoir tort (et surtout qu’on le lui fasse remarquer) et ne l’admettra donc jamais, et si jamais cela arrive attendez-vous à ce que le ciel ou je ne sais quoi vous tombe sur la tête.
Mais derrière ce caractère de dure à cuire, de je m’enfoutiste, et de guerrière sans peur, Amayelle reste une petite fille fragile, sensible et émotive. Mais seul son jumeau le sait. Sa plus grande peur est de le perdre, et c’est pour cela qu’elle fait tout pour le défendre, et se mettre entre lui et tout ennemi susceptible de s’en prendre à son frère chéri. Elle s’est forgée une carapace mentale, (une barrière, un mur, tout ce que vous voudrez) pour se protéger, depuis sa plus tendre enfance. Privé de mère et de père, c’est elle qui a endossé les deux rôles au fil du temps pour protégé son frère.

|| Physique :
Amayelle était une jeune femme au teint pâle mais le soleil s’est occupé d’hâlé sa peau lors de ses longues marches avec son frère ou encore ses promenades sur le dos de Kiba son Dragon. Elle a une chevelure épaisse et d’un châtain foncé chatoyant. Vous ne la verrez jamais attacher ses cheveux, elle les préfère libre, flottant au vent. Mais elle devrait les attacher de temps en temps, lorsqu’elle se bat par exemple car pour le combat avoir les cheveux dans les yeux ce n’est…vraiment pas pratique. Ses yeux sont d’un bleu océan. Vous voyez l’eau claire et limpide qui entoure les îles ? La couleur bleue verte majestueuse de celle-ci ? Ses yeux sont de cette couleur-là. Ils reflètent le calme de l’océan quand il n’y a pas un seul brin de vent, lorsqu’Amayelle est calme et sereine ainsi que la fougue de celui-ci lorsqu’elle se bat. Elle a le visage fin et la peau lisse et extrêmement douce. Pas un bouton ingrat. (Quelle veinarde !) Pas un grain de beauté ni une tâche de rousseur. Elle a un petit nez en trompette (C’est mignooooon ! Non c’est Mickey ! Pardon je n’ai pas pu m’en empêcher xD), et de jolies lèvres pulpeuses.
Amayelle à un corps superbe. Svelte et élancé. Une poitrine généreuse, des jambes longues et fines, assez musclées pour envoyer un adversaire à deux mètres d’elle d’un seul coup de pied. Des bras musclés par le maniement de l’épée, et la pratique du corps à corps (je parle du combat, ni voyez pas d’allusion euh…enfin vous m’avez compris). Ses pieds (oui ses pieds, cela vous pose un problème que je parle d’eux ? Non ? Très bien laissez-moi terminer alors) sont fins.
Elle porte à la ceinture, une épée à la lame longue, très fine et effilée, communément appelé Katana, un dragon est gravé sur la lame. Elle l’a volé à Galbatorix en même temps que l’œuf et bien d’autres objets encore. En fait toutes les armes en sa possession proviennent de la salle d’arme du roi. Dans chaque botte, se cache une dague. A la selle de son Dragon, est accroché un arc et des flèches ainsi qu’un bouclier.





A chacun
Son histoire


Un cri se fit entendre dans la pièce. Une femme allongée sur un lit venait de mettre au monde une petite fille. Tout le monde pensait que l’accouchement était terminé, quelle ne fut pas leur surprise lorsque la mère reprit son travail. Un deuxième nouveau-né fit son apparition. C’était un petit garçon et contrairement à sa sœur, il pleurait. La mère quant à elle faisait une hémorragie. Elle mourut vidé de son sang quelques minutes après avoir mis au monde son deuxième enfant. Le mari qui avait assisté à l’accouchement, se laissa tomber à genoux et hurla. Il pleura la mort de sa femme durant de longues heures. Lorsqu’il se releva, il avait pleuré toutes les larmes de son corps. Les yeux dans le vague, il ne demanda pas à voir ses jumeaux. Il resta debout, planté comme un piquet, le regard au loin. Il se demandait comment il allait pouvoir élever ses deux enfants, seul. Il n’en aurait pas le courage et il le savait. Il réfléchit donc à un endroit où il pourrait y déposer ses enfants. Il allait les abandonner. Il ne pouvait pas les élever seul. Et les élever reviendrait à lui rappeler sa défunte femme. Soudain, le souvenir d’une conversation lui revint en mémoire. Quelqu’un lui avait parlé d’un orphelinat. C’est là-bas qu’il les y déposerait.

Un homme se tenait devant une grande bâtisse peu accueillante. Il tenait dans chaque bras, un paquet de linge. Cet homme n’est autre que le père des deux jumeaux. Et c’est eux qu’il tient dans chaque bras, chacun enroulé dans une épaisse couverture. La maison qui lui faisait face était l’orphelinat dont on lui avait parlé. Celui-ci était au pied d’une chaîne de montagnes. Ce n’était pas un endroit accueillant, chaleureux, qui respirait la joie de vire. Non, c’était…terne. Sans vie. Sombre. Mais ici, les jumeaux auront de quoi vivre et grandir.
Il frappa à la porte. Celle-ci s’ouvrit dans un grincement. Une femme aigrie et laide apparut sur le seuil. Elle lui sourit de toutes ses dents, enfin avec le peu qui lui restait, et le fit entrer. Dix minutes plus tard, l’homme ressorti. Mais il était seul. Il laissait ses enfants derrière lui, dans cette sinistre maison, dont les pensionnaires, tous des enfants, étaient dépourvus de gaieté.

Au fil des années, Amayelle grandissait et affirmait déjà un caractère bien trempée. Elle était turbulente, et passait son temps à accumuler bêtises sur bêtises. Elle était différente de son frère. Très différente. Lui était calme et sage. Elle, était une véritable petite bourrique et qui plus est, était colérique. Il arrivait qu’elle se bagarre avec des garçons de l’orphelinat. En grandissant, elle devint plus calme mais elle était plus proches des garçons que des filles de son âge. Ensemble, ils jouaient aux chevaliers, se battait à l’épée avec des bouts de bois. Quant à son frère, il restait dans un coin et les regardait s’amuser, et dès que l’un des garçons armé d’un bâtons s’approchait, il se mettait soit à courir soit à pleurer à chaudes larmes. En bref, il était plus fragile que sa sœur, moins courageux. Amayelle aurait dû être un mec et lui une fille, cela aurait été plus logique au niveau des personnalités. A croire que celle-ci ont été déterminé à la naissance, car Amayelle contrairement à son frère, n’avait pas pleuré après être venue au monde. Elle apprit à se battre avec eux, puis à manier l’épée. Elle inventa ses propres coups, ses propres moyens de défenses. Elle était rusée, agile, souple et rapide. Chaque jour elle perfectionnait ses techniques, ses tactiques. Car c’est contre les garçons qu’elle se battait. Au départ, plus forts qu’elle, ils finirent par ne plus réussir à la battre. Elle les humiliait. Elle s’entrainait sans relâche. Déterminée. Elle ne poursuivait aucun but précis. Elle aimait juste se battre. Elle ne se mêlait jamais aux autres filles, et pourtant ces dernières avaient essayé de l’approcher mais elle les avait rejetées les unes après les autres. Son frère quant à lui était plus proche des filles que des garçons. Il avait tenté de se battre comme sa sœur, mais il s’était fait une légère coupure, et était parti en courant les larmes aux yeux.

Un jour, des hommes arrivèrent à l’orphelinat. Tous vêtus d’armures, ils arboraient le blason du Roi Galbatorix. Ils amenaient aux propriétaires de l’orphelinat, une missive du roi. Celui-ci donnait l’ordre de faire fermer l’orphelinat. Il leur laissait trois jours, sans quoi il enverrait un escadron et ferait brûler la maison, même si les enfants étaient encore à l’intérieur. La femme qui avait accueilli les jumeaux, et son mari n’eurent donc pas le choix. Ils devaient fermer et laisser les enfants se débrouiller par eux-mêmes dans la nature. Ils leurs donnèrent des vivres mais étant beaucoup, les enfants ne purent avoir de quoi vivre pendant longtemps. Ils seraient donc voué à voler, ou à mourir. L’orphelinat deux jours après l’annonce que leur avaient fait les soldats. Amayelle et Morgan avaient alors seize ans. Pendant trois ans ils vécurent des vols d’Amayelle. Fruits, légumes, vêtements, viandes, poissons, butins de chasses, tout y passaient. Parfois elle se faisait prendre la main dans le sac et devait rendre ce qu’elle avait pris. Mais c’était plutôt rare.
Cela faisait trois ans qu’elle vivait dans l’espoir de pouvoir se venger un jour de la fermeture de l’orphelinat. Un jour elle se décida à mettre sa vengeance à exécution. Elle entraîna son frère dans une longue marche éreintante. Et c’est deux semaines après s’être mis en route qu’ils arrivèrent devant le château de Galbatorix. Pendant plusieurs jours Amayelle prépara son plan. Ils entreraient dans le château et déroberaient ce qu’ils jugeraient être important, ou de valeur.

Un soir Amayelle mit son plan à exécution. C’est au beau milieu de la nuit qu’elle et son frère pénétrèrent par la porte des domestiques qui se trouvaient sur le flanc gauche du château. Un silence de mort régnait à l’intérieur de celui-ci. Ils se faufilèrent en silence dans les dédales des sinueux couloirs. Ils faisaient extrêmement attention aux portes qu’ils ouvraient, car derrière celles-ci, pouvait se trouver des chambres, des salles de gardes, la salle du trône, et même la chambre du roi, et ils ne devaient en aucun se faire repérer aux risques de se faire arrêter.
Ils cherchaient la salle du trésor. La première porte qu’ils ouvrirent, était une armurerie. Armes et armures y étaient entreposées. Amayelle décida qu’il vaudrait mieux pour eux de posséder une ou plusieurs armes pour qu’ils soient en mesure de se défendre en cas de danger. Ils pénétrèrent donc dans la salle. Amayelle regardait avec de grands yeux ronds, les différentes sortes d’armes qui étaient à sa portée. Elle en toucha quelques une, en soupesa d’autre, et se décida finalement pour deux dagues fines et légères, faciles à manipuler, qu’elle glissa dans ses bottes. Une dans chaque. Elle continua à observer les autres armes jusqu’à ce que pousser par la curiosité, elle sorte une épée de son fourreau. A première vue il s’agissait d’une épée quelconque mais en l’examinant de plus près elle s’aperçue que la lame était bien plus longue et bien plus fine que les épées qu’elle a pu apercevoir entre les mains des soldats qui sillonnaient villes et vallées. Amayelle laissa glisser ses doigts sur la lame, et s’aperçut que quelque chose y était gravé. La lame s’était émoussée au fil des années car personne ne l’avait utilisé. Ce n’était surement que le butin d’un pillage. La jeune fille nettoya la lame avec beaucoup de difficulté mais réussi tout de même à la nettoyer juste assez pour s’apercevoir que ce qui faisait office de gravure, n’était autre que le dessin d’un dragon. Elle eut immédiatement un coup de foudre pour cette épée. Elle la rangea dans son fourreau et l’attacha à sa taille grâce au lacet de cuir qui passait dans un anneau sur celui-ci. Puis elle se dirigea vers les arcs et les arbalètes. Elle avait toujours rêvée de manipuler un arc, et si elle prenait un de ceux qui était accrochés au mur, son rêve son réaliserait. Les arcs se ressemblait tous mise à part le fait qu’ils étaient plus ou moins lourds. Elle opta pour un arc aux courbes gracieuses, bien qu’il ne soit pas léger. Elle prit le carquois avec ses flèches qui était accrochés juste à côté de l’arc et piqua quelques autres flèches en guise de munitions. Elle prit aussi un bouclier rond simple qui lui serait utile si jamais elle avait besoin de se battre.
Ne voulant s’attarder plus, elle attrapa son frère par la main et l’entraina hors de la salle. Ils devaient absolument trouver la salle où le roi gardait tous ses précieux trésors. Ils arpentèrent donc les couloirs à la recherche de cette fameuse salle. Ils grimpèrent les étages, ouvrant porte après porte. Morgan pensait à haute voix comme s’il était seul mais l’une de ses pensées plut à sa sœur. En effet, celui-ci avait émis l’hypothèse que la salle qu’il recherchait se trouvait surement dans les sous-sols, ce qui semblait logique. On n’exposait pas un trésor au regard et à la portée de tous. Ils descendirent donc les étages, puis arrivée dans le hall d’entrée, cherchèrent l’entrée des sous-sols. Ils finirent par la trouver au bout de quelques minutes. Ils descendirent la volée de marches qui s’offrait à leurs yeux. Puis, par intuition, à la première intersection, Amayelle entraina son jumeau à droite. Ils marchèrent pendant un long moment jusqu’à ce qu’ils arrivent devant une gigantesque porte sertie de pierres précieuse. Il s’agissait surement de la salle du trésor. Une inscription au-dessus de celle-ci confirma les soupçons des deux jumeaux. « Prenez garde ». Amayelle se retint de rire. Comme si une inscription pareille allait les faire reculer. Elle pria pour que la porte ne soit pas verrouillée. Elle tenta de pousser la porte en vain. La porte n’avait opposé aucune résistance. Ce qui sembla fort étrange à Morgan, mais sa sœur, elle, ne s’en préoccupa pas. Elle avançait déjà dans la salle et s’émerveillait de toutes les richesses qui s’étendaient devant elle. Sur un ordre de sa sœur, Morgan, à contre cœur, chercha ce qu’il pourrait emmener, bijoux, pièces d’or, n’importe quoi qui avait de la valeur et qu’ils pourraient vendre. Il mettait tous ce qu’il prenait dans ses poches.
Amayelle quant à elle, avait les yeux rivés sur une espèce de grosse roche ronde et lisse, d’un gris argenté éclatant. Une envie irrésistible de l’emporter s’empara d’elle. Mais elle était déjà bien encombrée avec toutes ses armes et décida donc que c’est son frère qui la porterait. Elle l’appela. Celui-ci rappliqua immédiatement et se plia à la volonté de sa sœur sans rechigner. Il s’empara de la roche en faisant attention à ne pas la faire tomber par terre et la glissa dans son sac à dos. Il pressa sa sœur de s’en aller car cela faisait déjà trop longtemps qu’ils étaient dans le château. Celle-ci acquiesça. Ils sortirent de la salle, refermèrent la porte avec précaution, ils ne devaient pas faire de bruit. Ils firent le chemin en sens inverse, sans rencontrer ne serait-ce qu’un rat. Ils retrouvèrent la porte d’entrée des domestiques sans difficultés car ils avaient tous deux une bonne mémoire visuelle. Amayelle allait débouler dehors sans regarder si quelqu’un était posté devant la porte si son frère, le plus réfléchit des deux, ne l’avait pas intercepté. Elle se maudit en silence de faire preuve d’autant d’imprudence. Elle souffla un bon coup pour se détendre puis entreprit d’ouvrir la porte doucement pour ne pas faire de bruit et ne pas être repérée. Elle passa sa tête dans l’embrasure de la porte, jeta un coup d’œil, et ne vit personne. Elle fit un signe à son frère pour l’informer que la voie était libre, et ils avancèrent tous deux en dehors du château. Ils étaient enfin à l’air libre. Maintenant il ne leur restait plus qu’à se trouver un endroit où se cacher jusqu’à la nuit prochaine car ils ne pouvaient sciemment pas se balader en plein jour avec leur butin. Ils ne pouvaient pas sortir de la ville à cette heure-ci car celle-ci était entourée par une muraille, dont la porte d’entrée qui faisait office de porte de sortie, était non seulement constamment surveillée par des gardes, mais était aussi fermée la nuit.

Amayelle et son frère se dirigèrent vers la ville qui se situait au sud du château. Ils cherchaient un bosquet, n’importe quoi qui pourrait leur permettre d’être à l’abri des regards. Ils finirent par se décider d’ entré dans une auberge peu fréquentée, pour trouver une chambre. L’aubergiste ne leur posa aucune question et leur donna une chambre pour eux deux. Etant jumeaux cela ne les dérangeait pas de partager la même chambre et le même lit. Ils étaient extrêmement proches et de toute façon ils n’avaient pas assez d’argent pour se payer deux chambres. Ils allèrent directement se coucher car le lendemain ils devaient se lever tôt et préparer leur départ.
Au lever du soleil, la jeune fille était la première réveillée. Ne voulant pas sortir son frère du sommeil, elle décida de sortir seule et d’organiser un voyage qui les mènerait n’importe où mais loin d’Uru’Baen. Elle prit les bijoux, que son jumeau avait volé, et déposé sur la table de nuit, les mis dans ses poches puis sortie discrètement de la chambre tout en faisant attention à ne pas faire de bruit avec la porte. Elle sortit de l’auberge et s’affaira sur le marché, à acheter des vivres, bien entendu, elle utilisa les bijoux pour payer. Elle revint à l’auberge quelques heures plus tard, chargée de deux sacs qui contenaient assez de provision pour un assez long voyage, deux capes noires, deux couvertures, et deux gourdes en cuir. Elle trouva son frère réveillé. Celui-ci était en proie à l’inquiétude car sa sœur ne l’avait pas prévenu de sa sortie. Il ressenti un grand soulagement lorsqu’il la vit entrer dans la chambre.
La jeune fille pria Morgan de se dépêcher de se préparer. En effet, plus tôt ils partiront, mieux se sera. Elle lui demanda de lui passer la pierre argentée qu’ils avaient volée. Il s’exécuta. Amayelle prit la pierre, vida un des sacs de provisions, l’y plaça puis la recouvra de provisions jusqu’à ce que le sac soit plein, le reste, elle le mit dans le sac de son frère. Celui-ci ne comprit pas pourquoi elle avait fait cela et lui posa la question :

« -Amayelle ?
-Qu’est-ce qu’il y a ? Demanda-t-elle surprise car cela faisait un bout de temps qu’il ne s’était pas adressé à elle.
-Pourquoi a tu recouvert la pierre ? A quoi est-ce que cela te sert ?
-Réfléchit Morgan, dit-elle exaspérée, on à voler le Roi, et tôt ou tard quelqu’un va le remarquer, et les voleurs, en l’occurrence nous, seront pris en chasse. Les gardes fouilleront tous ceux qui sortiront de la ville. En cachant la pierre sous les vivres, ils ne verront pas celle-ci, ils ne s’embêteront pas à regarder sous les provisions.

Morgan n’avait pas pensé à cela. Et le fait qu’Amayelle ai pensé à tout l’étonna, elle était habituellement irréfléchie. Elle devait vraiment avoir peur de se faire arrêter. Il ne s’étendit pas plus sur la question car s’il devait décrypter tous les mystères qui entourait sa soeur il n'aurait pas fini. A FINIR




Informations
Complémentaires


|| Dragon : Kiba, dragon argenté (a développer)
|| Sous serment ?: Oui [] ; Non [X] [size=9]
|| Camp :Neutre




Derrière
[i] L'écran


[size=12]|| Nom ou Surnom :Kim
|| Présence sur le forum : Allant à la fac, dès que mon emploie du temps me le permet.
|| Nombres de lignes en Rp :15 mininmum
|| Signature : Amayelle
|| Code du règlement :

Revenir en haut Aller en bas
 

Amayelle [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ♦ L'adoubement ♦ :: ♦ Présentations-